01 - Désiré à l'Escale Tournefeuille 2 - PMU
 

Les inconsolés

Un e"reconstruction" de la pièce d’Alain Buffard.
Les 13 et 14 décembre à 21h au Théâtre Garonne.


Fabrication (2005) : Alain Buffard,Matthieu Doze, Christophe Ives assisté par Claire Servant et Christophe Wavelet

Reconstruction 2017 : Matthieu Doze et Christophe Ives
Accompagnement artistique Fanny de Chaillé
Interprétation Bryan Campbell, Mark Lorimer, Miguel Pereira

Protéiforme mais hantée par des obsessions récurrentes, l’œuvre d’Alain Buffard tranche dans le vif et, rebelle, s’affranchit des contraintes disciplinaires pour trouver « des pirouettes d’émancipation face à l’ordre absurde  ». De Good Boy (1988) à Baron samedi (2012), le danseur-chorégraphe décédé en 2013 n’a eu de cesse d’interroger le corps, en commençant par le sien, et de le surexposer dans ses limites et sa fragilité. Héritier de l’école américaine des années 60-70 (Yvonne Rainer et Anna Halprin en tête) et danseur pour la génération française des années 80 (Régine Chopinot, Philippe Decouflé et Daniel Larrieu), il a renouvelé la scène chorégraphique par ses propositions radicales.
Pour rendre hommage à cet artiste indiscipliné, c’est une œuvre intime sur le désir adolescent et ses ambivalences aussi joueuses que douloureuses qui a été choisie. Les Inconsolés, au titre sombre et sensible, répond à l’ambition sans compromis de son auteur : «  J’ai eu mes premiers rapports sexuels très jeune, avec des hommes plus âgés que moi. C’était tout sauf un drame. J’avais envie de dire que les relations incestueuses peuvent être des histoires d’amour.  »

Trio d’hommes masqués dont on ne sait s’ils sont frères, amants ou amis, la pièce déploie son érotisme amoureux avec la cruauté propre aux jeux de jeunesse. Sous une tente diaphane, la hantise des cauchemars infantiles se figure en ombres chinoises oniriques. Les troubles étreintes flirtent avec l’interdit des pulsions réprimées. Mêlant la fragilité du sentiment naissant aux tourments de la perte, cette danse singulière revêt les artifices du théâtre pour déployer son jeu sur les identités. Elle grippe les ordres attendus pour aborder les rives incertaines du désir et du trauma.


"La pièce est d’une beauté sauvage implacable. À trois, les danseurs sont tour à tour victimes et bourreaux, consentants et rebelles, enfants et adultes"

Marie-Christine Vernay, Libération.


 
1 avenue du Château d’eau – Toulouse - 05 62 48 54 77
- www.theatregaronne.com


Partager :
 


3T Café-Théâtre Toulouse
 
PMU.fr
 
Jeu Cinéma Toulouse
 
Votre Pub Ici