Le Citron Bleu - Toulouse 1 - Grenier de Toulouse 3 -PMU
 

Le Muséum d’Histoire Naturelle

Une renaissance spectaculaire après 10 ans de fermeture et une refondation architecturale.


Le bâtiment de 6000 m² consacre la moitié de sa surface aux expositions, le projet de Jean-Paul Viguier a fait naître une grande façade courbe vitrée ouvrant sur le jardin botanique Henri Gaussen, illustrant la relation de l’homme et du monde végétal.

Jouxtant le parc public du Jardin des Plantes, le site du Muséum d’histoire naturelle est le site originel du Muséum de Toulouse. Il comprend les murs historiques, leur extension, ainsi que le nouveau jardin botanique Henri Gaussen. Les bâtiments hérités de l’ensemble conventuel conservent leur disposition autour du cloître central, devenu le majestueux Grand Carré du Muséum refondé. La reconstitution d’un squelette de quetzalcoatlus, le plus grand reptile volant, de plus de 12 mètres d’envergure, y surplombe l’éléphant d’Asie, Gypsy, naturalisé en 1910 par Philippe Lacomme. Des locaux d’animation, un auditorium, une salle pour les débats publics, deux médiathèques - adultes et enfants - ont été aménagés dans cette partie ancienne de l’établissement. Ce site abrite l’exposition permanente. Les 5 grands espaces d’exposition retracent des fondements de la Terre jusqu’à son avenir et les 7000 pièces présentées sont riches en messages sur la Vie, l’Homme et la Terre. L’homme est amené à s’émouvoir, réfléchir et prendre conscience afin de devenir un éco-citoyen.

Le jardin botanique

Le jardin botanique Henri Gaussen de l‘Université Paul Sabatier agréé « jardin botanique de France », pousse au cœur du grand arc vitré du bâtiment du Muséum. Il illustre, de manière ludique, ce que le Muséum entend montrer : la relation de l’homme à son milieu et l’impact de ses activités sur l’environnement. La vaste spirale, les serres et l’orangerie proposent une redécouverte de la vie des plantes en mettant l’accent sur leur relation à leur environnement - milieu tropical ou aride- comme leur relation à l’homme, pour se nourrir, se soigner, ou jeter des mauvais sorts.

Les Jardins du Muséum

Au nord de la ville, dans le quartier Borderouge, le site des Jardins du Muséum a pris racine au cœur d’une des dernières roselières s’épanouissant en milieu urbain. Le public est accueilli sous une grande ombrière qui recrée les conditions favorables à la végétation d’un sous-bois de la région. Autour de l’étang de la Maourine, des affûts permettent l’observation de la faune et de la flore. Les 7500 m2 des Potagers du Monde viennent compléter l’offre de ce site accessible en métro. Le bâtiment durable, les potagers du monde, l’espace nature et les nombreuses activités proposées permettent d’observer, de s’émerveiller, de mettre la main à la terre ou bien de réfléchir au rôle de l’homme dans la nature.

Le public visiteur-acteur

Au Muséum, le visiteur est acteur de sa visite, proposée « à la carte » selon son âge, ses connaissances, ses envies, où le temps dont il dispose. Autour, des centaines d’animations sont programmées chaque année. Les médiateurs du Muséum assurent les visites de groupes, encadrent les activités et sont en « maraude » sur l’exposition pour les visites libres, à la disposition du public. Ils y assurent l’information, déclenchent des animations, provoquent des mini-spectacles… Ils sont 56, répartis sur les sites du Jardin des Plantes et de la Maourine. Leurs compétences se complètent pour le parcours scientifique : en sciences naturelles (biologie, géologie, écologie…), en sciences humaines (philosophie, sociologie..), pour les techniques d’animations (dessins, arts plastique, arts du cirque…) et pour les publics spécifiques (animateurs petite enfance, pour déficients visuels…).

Deux siècles d’histoire

L’idée de créer à Toulouse un Muséum d’Histoire Naturelle remonte à la fin du XVIIIe siècle. Cependant, il n’est créé qu’en 1808, grâce à la détermination du célèbre naturaliste toulousain, Picot de Lapeyrouse. Ouvert seulement au public en 1865, il aura pour vocation "d’assurer la conservation et le classement des collections, accueillir le public et participer à la découverte et à la prospection". Très vite le Muséum toulousain devient un puissant pôle d’attraction scientifique, les savants y accourent. Entre les deux guerres mondiales, le Muséum s’agrandit et accueille les collections d’ethnographie du musée Saint-Raymond. En 1923, il s’enrichit du fameux fonds Bésaucèle, l’une des plus grandes collections d’oiseaux d’Europe. A partir de 1958, le Muséum connaît un premier remodelage qui permettra de constater sa vétusté. Il faudra attendre les années 2000 pour qu’un projet de restructuration se fasse jour.

- Ouvert de 10 h à 17h45 tous les jours sauf le lundi

- Jardin des Plantes - 35 allées Jules-Guesde - Toulouse

- 05 67 73 84 84
- http://www.museum.toulouse.fr


Partager :
 


3T Café-Théâtre
 
PMU.fr
 
Jeu Cinéma
 
Votre Pub Ici