Stars 80 vol.5 1 - DefiKart 2 -PMU
 

Le Musée Paul-Dupuy

Un lieu unique réunissant les collection d’arts graphiques et d’arts décoratifs de la Ville de Toulouse du Moyen Age à 1939.


Le musée est né de la volonté de Paul Dupuy (Toulouse, 1867-1944) de donner un cadre approprié à ses collections et ainsi de créer un établissement qui, de son vivant, porterait son nom. Ainsi, ce collectionneur et fervent connaisseur du passé toulousain acheta, en 1905, l’ancien hôtel Besson et entreprit de le restaurer.

Le musée Paul-Dupuy présente d’une part, les Arts graphiques, c’est-à-dire les dessins et les estampes, et d’autre part, la Numismatique et les Objets d’Art du Moyen Âge et des Temps Modernes qui constitueront le secteur des Arts décoratifs. Après avoir bénéficié d’une totale rénovation de 1980 à 1985, il réunit aujourd’hui une très importante collection d’œuvres couvrant une période allant du Moyen Age à 1939.
La section des Arts Graphiques (dessins, estampes) est particulièrement riche en œuvres d’artistes toulousains, languedociens et italiens.
La section des Arts décoratifs est, quant à elle, composée d’un ensemble exceptionnel d’horlogerie, de trésors religieux médiévaux, d’ivoires, de faïences, mais aussi de verreries, de meubles, d’armes...

Le cabinet des dessins

Héritier du cabinet de l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture de Toulouse, le cabinet des dessins a été créé en 1949 par Robert Mesuret, premier conservateur du musée. Il a connu, depuis, un développement considérable, bénéficiant de nombreuses acquisitions (achats ou dons).
Le Cabinet des dessins privilégie deux axes principaux d’enrichissement : le dessin toulousain et languedocien d’une part, le dessin italien d’autre part. A ce jour, il rassemble plus de 6000 œuvres, du XVe au XIXe siècle parmi lesquelles on retrouve des feuilles d’artistes tels Véronèse, le Tintoret, Delacroix ou Ingres mais également Lafage, Gamelin, Rivalz ou Valenciennes.

Le cabinet des estampes

Organisé selon le plan des cabinets d’estampes européens du XIXe siècle, c’est-à-dire par thèmes iconographiques, le cabinet des estampes du musée Paul-Dupuy, riche d’environ trente mille gravures, quarante mille cartes postales, cinq mille tirages photographiques, offre au chercheur en quête d’iconographie un appui sans équivalent dans la région Midi-Pyrénées notamment en ce qui concerne l’urbanisme, l’architecture, les paysages, les costumes, l’histoire, les faits divers, la religion, l’archéologie, les cartes et plans, l’imagerie populaire, les personnages célèbres… Tous les thèmes sont représentés, composant une illustration exceptionnelle des visages de Toulouse et sa région, ainsi que des Pyrénées, du Moyen Âge au XIXe siècle.
Le cabinet des estampes est constitué d’une partie iconographique et d’une partie artistique (gravures originales, gravures d’après des tableaux).

L’horlogerie

La collection d’horlogerie du musée Paul-Dupuy est constituée pour sa part essentielle des cent trente pièces offertes en 1944 par Édouard Gélis à la ville de Toulouse, un ensemble magnifique, patiemment réuni tout au long d’une vie de recherche et aussi de sacrifices. Couvrant une période allant du XVIe au XIXe siècle, sa collection, offerte de son vivant, sera publiée par ses soins en 1949, dans un ouvrage aujourd’hui rare et recherché, l’Horlogerie ancienne. Raymond Badiou, maire de Toulouse, la saluera comme l’une « des plus belles et des plus intéressantes d’Europe » et appellera tous les curieux des « créations du génie humain » à venir la découvrir.

Installée au musée Paul-Dupuy dans les meilleures conditions de conservation, la collection d’Édouard Gélis, augmentée des acquisitions nouvelles, a donné lieu récemment à un important catalogue par Michel Hayard : Chefs-d’œuvre de l’horlogerie ancienne. Collection du musée Paul-Dupuy de Toulouse, Toulouse et Paris, 2003.

La pharmacie des Jésuites

La grande salle du rez-de-chaussée du musée est occupée par une pharmacie dont l’élément majeur est le droguier des Jésuites de Toulouse, réalisé en 1632 par Loïs Behorri. Ce meuble imposant, complété d’un cabinet à deux corps du maître Jean Escoubé, est garni de faïences des XVIIe et XVIIIe siècles provenant en majorité des ateliers de Montpellier et de Toulouse. Cruches, pots canons, albarelli et chevrettes s’alignent sur les étagères et côtoient les mortiers, la verrerie et les étains médicaux.

Les ivoires

Il s’agit d’une collection de précieuses petites sculptures, dont la pièce maîtresse, provenant de la basilique Saint-Sernin, est un olifant de l’époque romane dit du « cor de Roland ». Ces œuvres s’échelonnent du XIe au XVIIe siècle.

- Fermé le lundi, ouvert du mardi au dimanche.
- Ouvert de 10h à 17h en hiver et de 10h à 18h en été (du 1er juin au 30 septembre)
- Cabinets des dessins et des estampes consultables, gratuitement, sur rendez-vous
- 13 rue de la Pleau - TOULOUSE
- Tél : 05 31 22 95 40
- www.ampdupuy.fr


Partager :
 


3T Café-Théâtre
 
Jeu Festival de Carcassonne
 
Jeu Café-Théâtre des Minimes
 
Jeu DefiKart
 
PMU.fr