01 - Désiré à l'Escale Tournefeuille 2 - PMU
 

La Fondation Bemberg

Les remarquables collections de Georges Bemberg, dans le cadre prestigieux de l’Hôtel d’Assézat, superbement restauré


La Fondation est un établissement privé et autonome reconnu d’utilité publique. Monsieur Bemberg, créateur de la Fondation, a été élevé dans un milieu cultivé et artiste. Diplômé en littérature comparée de Harvard, il a consacré son existence à la musique, à la littérature et à la constitution de collections.

La peinture y occupe une place privilégiée, représentée par deux étapes capitales de son histoire. En premier lieu, le visiteur peut découvrir un groupe important d’œuvres de la Renaissance et du XVIIe siècle. A travers les œuvres de François Clouet, de Cranach, de Pieter de Hooch, de Pourbus ou du Tintoret, ce sont les principales écoles européennes qui sont évoquées, et avec elles un large panorama d’art et d’histoire.

Autre renaissance à bien des égards, l’Ecole française moderne constitue le second courant largement évoqué par la collection Bemberg. Manet, Picasso, Dufy, Vlaminck et la plupart des grands noms de cette école proposent une vision détaillée de la peinture, à la charnière du siècle dernier et du nôtre.
Impressionnisme, pointillisme, les principaux courants modernes sont ici exposés avec une prédilection pour l’école fauve. La Fondation conserve également un ensemble unique regroupant 30 toiles de Bonnard.

La Fondation permet au public de découvrir les œuvres acquises dans l’intervalle par M. Bemberg pour le musée, telles que la « Vue de Budapest » de Gleizes (Français, 1881-1953), « Fête galante représentant une dame dansant avec Pulcinella », de Lancret (Français, 1690-1743), « Caprice avec bâtiments classiques devant un bassin » de Panini (Italien, 1691-1765), « Scène chinoise représentant un homme fumant la pipe » de Le Prince (Français, 1734-1781) et « Portrait d’homme » de Nicolaes Maes (Hollandais, 1634-1693).

La « Fête galante » est un exemple magistral de l’art de Lancret. Le XVIIIe siècle français est caractérisé en peinture par un intérêt croissant pour la nature et les beautés de la vie rurale. Les poètes et les romanciers se plaisaient alors à broder sur le thème de la vertueuse simplicité de la vie campagnarde. La nostalgie de l’époque des idylles pastorales devint alors un lieu commun et l’on se plut à opposer l’authenticité de la vie campagnarde à la vacuité des activités de la ville et de la cour. C’est ainsi qu’émergea le genre dit des « Fêtes galantes », représentation de personnages se livrant aux plaisirs de la campagne. L’ambiance de ces scènes est souvent celle de la rêverie, les personnages semblant sous le charme du paysage, mais aussi très souvent de la musique. Le genre fut initié par Antoine Watteau (1684-1721).

Nicolas Lancret, né à Paris en 1690, fut consacré comme le successeur de Watteau lorsque, en 1719, il fut reçu à l’Académie Royale en tant que « peintre de fêtes galantes », un genre qui avait été créé deux ans auparavant tout spécialement pour Watteau. Lancret fut un peintre prolifique. De son vivant, ses œuvres gagnèrent les maisons nobles de nombre de pays d’Europe et ses gravures restèrent populaires longtemps après sa mort survenue en 1743. Il reçut également largement la protection royale puisque Louis XV lui passa commande pour nombre de résidences royales (Versailles, Fontainebleau, La Muette…), et Frédéric le Grand de Prusse possédait trente-six Lancret au château de Sans-souci. Notre fête galante est un exemple typique du genre pictural auquel Lancret donna ses lettres de noblesse. Dans un beau paysage boisé, une dame entourée de cinq musiciens fait face à Pulcinella, l’un des principaux personnages de la Commedia dell’arte. Résolument intégrée en France depuis la seconde moitié du XVIIe siècle et exerçant une grande influence aussi bien sur l’art que sur le théâtre, la Commedia dell’arte était connue et appréciée de Lancret par le truchement de son maître Gillot (1673-1722), qui peignit lui-même beaucoup de scènes représentant des comédiens italiens. Ne se bornant pas à réduire ces personnages de la Commedia dell’arte au rôle de simples figurants, Lancret fait dialoguer Pulcinella avec la jeune femme.

- Ouvert tous les jours, sauf le lundi, de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h (le jeudi jusqu’à 21h)
- Fermeture le 25 décembre, le 1er janvier et le lundi de Pâques
- Visites commentées tous les jours à 15h30

- Hôtel d’Assézat - Place d’Assézat - TOULOUSE
- Tél. 05 61 12 06 89
- http://www.fondation-bemberg.fr


Partager :
 


3T Café-Théâtre Toulouse
 
PMU.fr
 
Jeu Cinéma Toulouse
 
Votre Pub Ici