1 - Le Chalet des Moissons 2 - Walibi Sud-Ouest 3 - Le Bourgeois Gentilhomme à l'Escale 3 - Kenji Girac au Zénith de Toulouse
 

Currents Shift

Quand la photographie prend l’eau pour sujet de réflexion.
Au Château d’Eau du 22 mai au 23 juin.


Diogo Bento / Cihad Caner / Garrett Grove / Dries Lips / Marie Luckasiewicz / Jessica Wolfelsperger

Le point de vue critique des nouvelles générations d’artistes sur l’eau et la photographie, les deux éléments que le Château d’Eau a diffusés tout au long de son histoire, est le thème central de cette exposition.

Dix ans avant que la photographie ne soit présentée publiquement comme une nouvelle technologie, Le Château d’Eau a commencé à filtrer et à distribuer l’eau potable de la Garonne à travers 90 fontaines publiques de Toulouse. La tour moderniste emblématique a été reconfigurée en galerie de photographie en 1974, devenant ainsi l’une des premières institutions au monde à se consacrer à la photographie. Les images ont remplacé l’eau comme sujet à distribuer aux citoyens.
Cette exposition explore comment la photographie et l’eau sont réévaluées de manière critique et influencées par la crise environnementale, économique, culturelle et sociale de notre époque. L’eau a été reconnue comme l’origine de toute vie par la mythologie, l’économie et la science. Les rituels religieux et les méthodologies scientifiques se transforment en liquide comme symbole de pureté et une matière essentielle pour le développement de toute chose vivante. L’océan était la dernière frontière connue des pays occidentaux coloniaux ; aujourd’hui encore, les fonds marins restent largement inexplorés. Ces dernières années, cependant, les questions relatives à l’eau et à la mer ont radicalement changé. Les nouvelles générations grandissent avec des eaux polluées qui menacent de déborder. Les méthodes extractivistes privent les fleuves, les mers et les océans de leur biodiversité et les eaux internationales sont quotidiennement traversées par des migrants qui risquent leur vie à la recherche d’une meilleure situation. Les problèmes croissants d’accès à l’eau potable ont forcé la reconnaissance de l’eau comme un droit humain en 2010.
Alors que la photographie était historiquement comprise comme un outil indexé lié à la mort par des penseurs comme Roland Barthes, l’image numérique en réseau a transformé ce médium. Le flux constant de production, de postproduction, de distribution et de consommation de la photographie, alimenté par le capitalisme cognitif, a rendu l’image volatile, virale et vivante. L’impact du contenu visuel sur la société s’est considérablement accru dans un monde où la connaissance et l’expérience sont constamment médiatisées par les images. Les photographes contemporains reconnaissent que ce nouveau scénario élargit et enrichit le médium d’une myriade de procédés et de technologies qui repoussent ses limites et révèlent ses défauts. Ce changement partagé sur l’utilisation et la compréhension de la photographie et de l’eau est exposé dans cette exposition à travers les travaux de Diogo Bento, Cihad Caner, Garrett Grove, Dries Lips, Marie Lukasiewics et Jessica Wolfesperger qui utilisent les possibilités qu’offre ce nouveau scénario, en analysant et critiquant également son impact sur la société.
Les travaux et le projet de commissariat ont été développés dans le cadre de Parallel European Platform, la Plate-forme européenne de la photographie.

Jon Uriarte – Commissaire

Place Laganne - Toulouse - 05 61 77 09 40
- www.galeriechateaudeau.org


Partager :
 


3T Café-Théâtre Toulouse
 
Jeu Cinéma Toulouse